Se préparer

Les symptômes de vieillissement du chien

Votre chien, votre fidèle compagnon, n’est pas éternel. Après un certain nombre d’années de vie commune, les signes de vieillissement apparaissent chez lui. Savez-vous quelle est l’espérance de vie de votre chien ? Quels sont les symptômes de vieillissement d’un chien ? Comment faire pour aider votre vieux chien ? Voici les réponses.

vieux chien allongé

L’espérance de vie du chien

Tout d’abord qu’est-ce qu’un vieux chien ? À partir de quand peut-on estimer que son chien est âgé ? Pour répondre à ces questions, il faut pouvoir estimer l’espérance de vie de son animal et calculer l’équivalence d’âge entre un chien et un humain.

Pour cela, oubliez tout de suite la méthode qui consiste à multiplier par 7 l’âge d’un chien pour savoir son âge « humain » : cette règle est aussi fausse que connue. Ainsi un chien (qui vieillit 15 à 20 fois plus vite qu’un humain) est déjà adulte à l’âge de un ou deux ans selon la race, ce qui contredit déjà cette règle du x 7. Estimer l’âge d’un chien en équivalent humain ne répond donc pas à une seule règle, et varie en fonction de son espérance de vie.

L’espérance de vie d’un chien dépend elle-même de plusieurs facteurs. Le premier facteur est la race de l’animal qui détermine son gabarit :

  • Les races de chien de petite taille comme le yorkshire ou le bichon (qui ne dépassent pas 15 kg) ont la plus grande longévité : ils peuvent vivre une quinzaine d’années et sont considérés comme seniors à partir de 10 ans.
  • les chiens de taille moyenne comme les labradors, les bergers australiens (d’un poids compris entre 15 et 40 kg) ont environ 12 ans d’espérance de vie maximale et sont des chiens âgés vers 8 ans.
  • les races de chiens de grande taille de type bouvier bernois, rottweiler (qui pèsent plus de 40 kg) sont déjà considérés comme de vieux chiens vers 6 ou 7 ans car leur espérance de vie moyenne n’excède pas 8 ou 9 ans.

D’autres facteurs entrent en compte dans la longévité d’un chien notamment, et surtout, son mode de vie. Cela implique de tenir compte de la qualité et la quantité de son alimentation, son activité physique et les soins qui lui sont donnés.

Les signes de vieillesse chez le chien

Plusieurs indices visibles prouvent qu’un chien devient âgé tant par son aspect physique que par son comportement.

Les changements physiques

  • Le vieux chien perd de son énergie et de sa mobilité : souffrant parfois d’arthrose et d’essoufflement, il peine à marcher longtemps, il se fatigue plus vite, il éprouve des difficultés à changer de position pour passer de couché à debout ou assis.
  • Son pelage vieillit aussi : des poils gris ou blancs apparaissent notamment sur le museau, sa fourrure devient moins épaisse et plus terne, il peut même perdre des poils en quantité.
  • La vue et l’ouïe baissent naturellement chez le chien âgé, au point que certains finissent par devenir aveugles et/ou sourds.
  • Des troubles digestifs et intestinaux sont fréquents chez le vieux chien qui peut souffrir de diarrhée, de vomissement ou de constipation à cause d’un transit devenu difficile. On constate même l’apparition de diabète ou d’insuffisance rénale chez certains chiens âgés.
  • Le vieillissement du chien peut engendrer une prise de poids car la graisse remplace la masse musculaire qui diminue avec la baisse de l’activité physique. À l’inverse, une perte de poids est possible pour un vieux chien qui éprouve plus de mal à manger ou souffre d’un manque d’appétit.

Les changements comportementaux

  • Un chien âgé qui perd la vue ou l’ouïe le manifeste dans son comportement. Le vieux chien malvoyant se cogne aux obstacles, se perd sur un trajet qu’il connaît : il semble désorienté. Atteint de surdité, il ne réagit plus aux stimulations sonores comme l’appel de son nom, le son de sa gamelle, ou bien il manifeste sa surprise quand vous le touchez, ne vous ayant pas entendu approcher.
  • Sa dégradation physique, parfois douloureuse, peut entraîner une forme de dépression avec une démotivation pour les jeux et les promenades, et des plages de sommeil de plus en plus longues et fréquentes.
  • La dégénérescence du cerveau liée au vieillissement du chien est responsable de comportements inhabituels comme l’incontinence, l’agressivité, l’angoisse de séparation se manifestant par des destructions dans la maison.

Comment aider son chien qui vieillit ?

Heureusement, voir décliner son vieux chien sans rien pouvoir faire, ce n’est pas une fatalité. On peut envisager de mettre en place de nombreuses actions visant à le soulager et à améliorer sa fin de vie :

  • Assurer une surveillance médicale régulière. Que ce soit en prévention ou en traitement, un chien âgé doit être suivi par un vétérinaire à raison de plusieurs visites par an. Ces bilans de santé et examens divers visent à déceler l’apparition de troubles comme des tumeurs, de l’arthrose, du diabète, etc. Découverts tôt, ces problèmes de santé seront mieux traités et retarderont ou atténueront les effets douloureux du vieillissement du chien.
  • Veiller au bien-être du vieux chien. Lui offrir un environnement de vie calme, stable et confortable est le meilleur moyen d’accompagner sa fin de vie pour la rendre la plus agréable possible. Pour cela, on peut par exemple lui épargner les escaliers, les courants d’air, les nuisances sonores, lui acheter un panier plus confortable, éviter les changements de lieux et d’habitudes qui le déstabiliseraient, etc.
  • Continuer à le stimuler. Bien sûr un vieux chien bouge moins, dort plus, peine à faire des efforts. Cependant, il ne faut pas renoncer, dans la limite du raisonnable, à le promener, le toiletter, communiquer et jouer avec lui car ces stimulations l’empêchent de s’isoler et permettent de retarder la dégénérescence de son cerveau.
  • Rester patient et bienveillant. C’est lorsqu’il vieillit que votre chien a le plus besoin de votre compréhension. Il fait ses besoins dans la maison ? Ne le grondez pas : il n’y est pour rien. Il ne veut/peut plus monter des marches ? Portez-le. Il ne veut pas manger ou aller se promener comme d’habitude ? Ne le forcez pas, vous réessayerez plus tard.

Ainsi, à force d’observation, d’attention et de soins, vous saurez repérer et accompagner les signes du vieillissement de votre chien pour lui assurer la meilleure fin de vie possible.